lesclesdelest@gmail.com

L’armée russe avant Poutine (1/4)

L’armée russe avant Poutine (1/4)

Putsch de Moscou

1990-1991 : La dissolution de l’armée soviétique, les tentatives d'en faire une armée russe

(mis à jour le 21 octobre 2020)

Introduction - Cadre

Dans un article précédent qui abordait la géopolitique russe, il a été mentionné brièvement que la Russie mène actuellement une politique de modernisation de ses forces armées, prenant acte des nouveaux standards en termes de matériels et d’équipements militaires. Mais le programme s’inspire également des nouvelles doctrines adoptées par l’armée russe. Ces doctrines tirent notamment leurs origines dans les nouveaux types de conflits auxquels pourraient faire face la Russie.

En 1990, malgré l’évacuation des troupes d’Afghanistan (1989) et le début du rapatriement des troupes stationnées en Europe centrale et orientale, l’armée soviétique restait puissante et assurait toujours la défense du territoire de l’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS).

Putsch de Moscou
Chars soviétiques T-80 sur la Place Rouge durant le Putsch de Moscou en 1991.

Source : Putsch de Moscou (Wikipedia)

Il n’est alors pas encore question de doter ou non la République socialiste fédérative de Russie (RSFS de Russie, RSFSR) d’une armée propre, la Défense étant efficacement assurée par l’armée soviétique, dont le poids politique en Russie était important. Ainsi, « les principaux responsables politiques du pouvoir central, de l’armée et de certaines républiques [de l’Union soviétique] manifestent leur volonté de maintenir le principe d’une armée soviétique unique ou, à la rigueur, unifiée [1] ».

Le pouvoir soviétique dépassé par la légitimité russe

Boris Eltsine annonce la fin du putsch le 22 août 1991.

Source : Putsch de Moscou (Wikipedia)

Néanmoins, la situation devint rapidement incontrôlable suite à l’échec d’un putsch à Moscou des éléments les plus conservateurs du Parti communiste de l’URSS (19-21 août 1991). Dès lors, l’événement ayant achevé de détruire la confiance des républiques soviétiques fédérées envers le Parti-État, le président de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev n’eut rapidement plus aucun pouvoir [2] hors des murs du Kremlin [1], centre du pouvoir soviétique.

Dans ce cadre, ne reconnaissant plus son autorité, l’armée soviétique, dernier organe fédéral fonctionnel, se confondit de plus en plus avec une armée russe, encore inexistante [3]. Concrètement, à l’occasion du putsch manqué, l’armée soviétique se rallia au président russe Boris Eltsine, dirigeant dont la légitimité faisait le moins de doute au sein de l’Union soviétique.

Forte de la légitimité démocratique de son président et de l’appui que l’armée soviétique apporte à ce dernier, la RSFS de Russie tenta de se poser en « seule et unique [4] » héritière de l’Union soviétique, alors en pleine implosion, notamment dans les domaines politiques, diplomatiques et militaires. Cette tentative ira même jusqu’à la volonté de faire coïncider une URSS réduite à la seule Russie soviétique, ne reconnaissant qu’une autonomie limitée aux autres républiques soviétiques qui formeraient son « nouveau » glacis territorial.

L'armée soviétique, une armée russe ?

Dans cette logique, la RSFSR tenta de conserver le contrôle de l’armée soviétique en usant des nombreux arguments en sa faveur, à commencer par le fait que les forces armées soviétiques restèrent principalement russes et nationalistes [1]. Ainsi, « le général Volkogonov [, conseiller du président russe Eltsine,] rappelle-t-il que les trois quarts du personnel de l’armée sont russes, que les principaux sites militaires sont situés sur le territoire de la Russie et que, de ce fait, la Russie a « le droit d’exiger un rôle dominant dans la mise en place des forces armées unifiées et de les influencer [5] » [1] ».

Source : Dmitri Volkogonov (Author of Stalin) (Goodreads)

Confirmant ces propos, le colonel Lopatine dira également que « la Russie a un rôle dominant dans les questions de défense. […] Il suffit de dire qu’elle supporte les deux tiers des dépenses militaires, dispose de 80 % des entreprises du complexe militaro-industriel et est le principal fournisseur d’équipement et de ressources pour l’armée. […] L’une des raisons pour lesquelles il n’y a pas de comité [russe pour la défense et la sécurité] est que l’on pense que les intérêts de la Russie seraient [mieux] représentés par le ministère de la Défense de l’URSS [1] ».

En outre, le général Volkogonov ajoutera même que « la création de forces armées proprement russes serait une erreur politique et économique [1] » du fait de la crainte légitime des autres républiques constitutives de l’URSS de voir la RSFS de Russie renouer avec les principes du panslavisme (qui n’ont jamais réellement disparu) en s’érigeant en protecteur des anciennes républiques soviétiques [6].

Vers une armée ex-soviétique unifiée ?

Soldat soviétique

Source : Soldat soviétique (Wikipedia)

Le maintien d’une future armée ex-soviétique unifiée ne rencontra guère d’enthousiasme si ce n’était auprès des républiques soviétiques d’Asie centrale. L’Ukraine, deuxième République socialiste soviétique (RSS) en importance, devint le moteur des sentiments autonomistes et nationalistes au sein d’une Union soviétique, qui vit désormais ces derniers jours.

Dans ce contexte, suite au référendum sur l’indépendance de l’Ukraine du 1° décembre 1991, le président ukrainien Leonid Kravtchouk avait annoncé qu’il prévoyait la constitution d’une armée nationale, et non plus une simple garde nationale comme l’autorisait alors le centre soviétique.

Ce discours remit pour la première fois en question l’idée du maintien d’une armée ex-soviétique unifiée. Or cette remise en question s’opposait alors clairement à la suprématie politique incontestée de la Russie au sein l’espace postsoviétique [1].

La disparition de l'Union soviétique

Parallèlement, les accords de Minsk (8 décembre) et d’Alma-Ata (21 décembre) ayant reconnu la disparition de facto de l’Union soviétique au profit d’une confédération d’États plus souple – la Communauté des États indépendants (CEI) [1] [7], celle-ci reçut la mission de s’occuper de la difficile question du devenir de l’armée ex-soviétique. 

Reconnue comme l’État continuateur de l’Union soviétique par la communauté internationale (24 décembre) [8], la Russie conservait également son ambition d’être considérée comme la seule héritière de l’Union soviétique sur le plan militaire.

C’est dans ce cadre que, le président soviétique démissionnaire Gorbatchev ayant remis le contrôle de l’arsenal nucléaire au président russe Eltsine le 25 décembre, un accord fut conclu le 30 décembre entre les quatre nouvelles puissances nucléaires (Russie, Biélorussie, Ukraine et Kazakhstan) pour instaurer un commandement unifié, sous contrôle russe, sur l’ensemble des forces stratégiques présentes sur le territoire de ces quatre pays [9].

Conclusion

Entre 1990 et 1992, l’armée soviétique vit ses derniers mois. Affaiblie par des années de guerre et des bouleversements (géo)politiques inattendus, elle n’en restait pas moins puissante et continuait à assurer la défense et la sécurité de l’URSS, jouissant même d’un pouvoir politique important en RSFSR.

Néanmoins, après le Putsch manqué d’août 1991, l’Union soviétique entama son irrésistible implosion. C’est à partir de ce moment que la RSFS de Russie commença à œuvrer pour le maintien de l’unité de l’ancienne armée soviétique. Ainsi, dès le 1° janvier 1992, l’Union soviétique ayant disparu, cette armée ex-soviétique, de facto sous contrôle russe, n’eut plus de statut officiel. Bientôt, elle finira, elle-même, par « imploser », formant les différentes armées nationales postsoviétiques.

Pour conclure, malgré cette « implosion » prochaine de l’armée ex-soviétique, la Russie continuera encore à tenter d’unifier le commandement des différentes armées des États membres de la CEI afin de maintenir son influence dans les secteurs militaires et sécuritaires au sein de l’espace postsoviétique…

  1. ROMER Jean-Christiophe, « Une armée russe : quelle armée ? », Politique étrangère, vol.57, n°1, 1992, p63-71.
  2. VAN DRIESSCHE Véronique, Gorbatchev, le dernier dirigeant de l’URSS : De la Glasnost à la fin de la guerre froide, s.l. : 50 Minutes, 2015,  p25.
  3. JOYAUX François, Encyclopédie de l’Europe : géographie, histoire, société, politique, économie, Paris : Seuil, 1993, p235.
  4. BALARD Michel, BERGER Françoise, FERRAGU Gilles, Le XX° siècle (1914-2001), s.l. : History, 2013, p288.
  5. Interview du général Volkogonov accordée à Soïouz, n°6, février 1991. « Au lendemain du putsch, Boris Eltsine a effectivement fait son entrée au Conseil de défense. » (ROMER Jean-Christiophe, op.cit., p73.)
  6. TIRASPOLSKY Anita, « Russie – [URSS] – Russie », Politique étrangère, vol.65, n°3, p763.
  7. YAKEMTCHOUK Romain, La Communauté des États indépendants, Paris : Annuaire français de droit international, vol.41, n°1, 1995, pp245-280.
  8. HAMANT Hélène, Succession de l’URSS : recueil de documents, Bruxelles : De Boeck, 2010, 362p.
  9. « 3-30 Décembre 1991 URSS », Universalis, [en ligne], s.d., [http://www.universalis.fr/evenement/3-30-decembre-1991-disparition-de-l-et-demission-de-mikhail-gorbatchev-apres-la-creation-de-la-c-e-i/], (consulté le 19/02/2017).

Image de tête :  Source : « Putsch de Moscou » (Wikipedia).

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :